riquewihr_village

L’origine du nom de Riquewihr, remonte très certainement à l’époque romaine, du nom de son propriétaire « Richo » associé à celui de son domaine « Richovilla » qui deviendra « Richovilare » puis Riquewihr.« 

Richovilare », avec les villages d’alentour, appartenait au 12ème siècle aux comtes de Horbourg.Le site de Riquewihr était alors dominé par un château fort, le « Reichenstein » : devenu par la suite un repaire de chevaliers brigands, ce château fut détruit en 1269 sous la conduite de Rodolphe de Habsbourg.

 

Après une période de trouble, Riquewihr connut une croissance démographique et économique conséquente grâce au développement de son vignoble. Afin de protéger hommes et biens, le comte de Horbourg fit entourer le bourg de murs et de fossés en 1291 : dès lors, Riquewihr fut élevé au rang de ville, jouissant d’une certaine notoriété dans la contrée. De cette époque, il reste des vestiges importants (le donjon du Reichenstein dans la vallée du Sembach, le mur d’enceinte nord et ouest…) et les témoins emblématiques que sont devenus les premiers monuments de la ville, la tour-beffroi du Dolder et la Tour des Voleurs.

Sous le gouvernement des Wurtemberg-Montbéliard, Riquewihr, la ville connut une longue période heureuse, du moins jusqu’à la Guerre de Trente ans : le commerce florissant du vin qui s’exportait dans tout l’Empire et les pays hanséatiques, amena une grande prospérité dont témoignent les demeures remarquables datées pour l’essentiel du 16ème siècle.

Au 17ème siècle, lors de la Guerre de Trente ans (1618-1648), les armées, sous différentes bannières, déferlèrent sur l’Alsace et dévastèrent affreusement tout le pays, sans oublier Riquewihr.  Après la Révolution française, les Wurtemberg ayant été contraints d’abandonner leurs possessions sur la rive gauche du Rhin, Riquewihr est définitivement rattachée à la France en 1796 par le traité de Paris.

Régulièrement assiégée, souvent en quête d’identité, toujours debout, la ville de Riquewihr, classée parmi « les plus beaux villages de France », a su s’imposer au fil des siècles comme un site rare, d’une richesse historique exceptionnelle et d’une beauté géographique unique, ce qui, avec ses deux millions de visiteurs par an, lui vaut le titre incontesté et envié de « Perle du Vignoble ».